Ecolo a pris connaissance dans L'Écho de ce jour du « benchmarking » des rémunérations des administrateurs des organismes publics bruxellois (OIP), réalisé à la demande du directeur général d'Actiris, Gregor Chapelle.

 

Ce travail de comparaison est éminemment intéressant, notamment dans la perspective de l'établissement d'une fourchette de rémunérations, telle que prévue par l'ordonnance du 12 janvier 2006 sur la transparence des rémunérations et avantages des mandataires publics bruxellois, ordonnance qui attend toujours des arrêtés d'exécution.

 

Nous rejoignons Monsieur Chapelle, pour dire qu'effectivement, de telles différences ne sont pas fondées. Mais pour Ecolo, « si une harmonisation est nécessaire, elle doit se faire à la baisse » précise Arnaud Pinxteren, député bruxellois. Et d'ajouter qu' « il s'agit là de mandats "annexes" qui ne justifient pas une rémunération aussi élevée, surtout dans un contexte où les pouvoirs publics dans leur ensemble doivent faire des efforts, avec des conséquences pour la population ».

 

Pour rappel, la déclaration gouvernementale prévoit « d'adopter au plus vite l’arrêté d’exécution de l’ordonnance de 2006 sur la transparence de rémunération des mandataires publics. » Elle prévoit également « comme cela s’est fait au niveau fédéral, un plafonnement de la rémunération des dirigeants des institutions et entreprises publiques tant au niveau local qu’au niveau régional. »

 

Un an après la formation du Gouvernement, ce chantier n'en est même pas à ces balbutiements. Pour Barbara Trachte, députée bruxelloise, « vu l'inaction du Gouvernement, les écologistes prendront toutes les initiatives parlementaires possibles pour faire avancer ce dossier qui relève de l'éthique et de la bonne gouvernance les plus élémentaires ».  

 

 

Arnaud Pinxteren

Député bruxellois

Secrétaire politique Ecolo Bruxelles

 

Barbara Trachte

Députée bruxelloise

 

Retour à l'accueil