Certificats Verts à l'incinérateur de NOH – une taxe déguisée pour soutenir une politique du passé

Le Gouvernement Bruxellois octroie depusi cette année 10 Millions par an de Certificats Verts (CVs) à l’incinérateur de Neder-over-Heembeek et ce pendant 10 ans.

 

Ecolo dénonce cette pratique qui met potentiellement à mal le secteur des énergies renouvelables et qui est en totale contradiction avec la volonté affichée du Gouvernement de miser sur l'économie circulaire pour créer de l'emploi et diminuer l'empreinte écologique de notre région.

 

Pour les écologistes, comme pour les nombreux acteurs consultés d'ailleurs, cette pratique est dommageable à plus d'un titre :

 

  • Sur le plan du développement des énergies vertes, elle risque de limiter les possibilités de nouveaux investissements producteurs d'énergie verte en Région bruxelloise en épuisant l'enveloppe des CVs dont le système vise à compenser le surcoût de production d'énergie propre ;

 

  • Ici, aucun surcoût n'est prévu car aucun investissement n'est prévu, ces 10 millions sont reversés au budget régional. Un système de taxation déguisée qui soutient soutient une technologie vieille de 35 ans, dont le bilan d'économie de CO² est négatif, et de s'entêter dans une politique de gestion des déchets d'un autre siècle ;

 

  • l'augmentation de quotas de CV en vue de soutenir l'incinération pèsera inévitablement, même si cela reste marginal, sur la facture des consommateurs et des entreprises bruxelloises.

 

Les écologistes persistent à penser qu'octroyer des CVs à l'incinérateur est en contradiction avec l'ordonnance « déchets », et la directive européenne en la matière qui vise à donner la priorité à la prévention, au recyclage et à la réutilisation des déchets. Cette décision met à mal les possibles nouveaux investissements en matière de production d'énergie renouvelable.

 

C'est pourquoi, si ce système perdure, nous plaidons pour que les montants dont il est question (10 Mio pendant 10 ans) soient au moins affectés au financement de nouveaux projets en matière de production d'énergie verte. Alors qu'on évaluait à 35 MIO les besoins pour la création d'une usine de biométhanisation en Région bruxelloise, on pourrait donc en faire 3 avec ces moyens…

 

Le Gouvernement veut créer de l'emploi, veut soutenir la circularité de notre économie et de nos ressources. Derrière ce discours policé et verdâtre se cache une réalité bien plus crue, celle d'une absence cruelle d'ambition et de vision socio-économique et environnementale dans le domaine des déchets et des énergies vertes.

 

 

Retour à l'accueil