A l'occasion de la séance plénière d'ouverture de l'année parlementaire, j'ai eu l'occasion de

rappeler l'importance de l'alliance "emploi-environnement" pour le groupe Ecolo.

Pour rappel, c
ette alliance inédite doit faire la synthèse entre la nécessité d’agir pour notre environnement et la création d’activité et d’emploi  pour les bruxellois.

En effet, au carrefour de toutes les crises, il ne faut pas seulement attendre que l’orage passe mais il convient de préparer l’avenir càd un développement économique endogène et innovant. C’est à cette seule condition que la croissance de la qualité de vie, la croissance du bien-être des bruxelloises et des bruxellois pourra être garantie durablement.

 

Concrètement, nous attendons que dans le secteur de la performance énergétique du bâti (construction et rénovation), des filières de formation pertinentes soient développées, que la création d’entreprises soient soutenues, que de l’emploi soit créé pour enfin répondre aux dramatiques problèmes du chômage, particulièrement chez les jeunes.


Une alliance Emploi-Environnement doit aussi s’inscrire  dans le secteur de la  prévention et de la valorisation des déchets. Ainsi, les déchets tantôt via le réemploi et les filières d’économie sociale, tantôt via la biométhanisation, deviennent une ressource porteuse d’innovation et d’emploi non délocalisables.

 
D’autres filières porteuses doivent également être investiguées. Nous pensons ici aux secteurs « verts » (entretien de parcs, jardins et espaces verts), aux commerces de proximité promouvant des produits de qualité et les circuits courts.

 

L'Alliance emploi-environnement ne doit pas être qu’incantatoire. Elle nécessite une collaboration étroite entre les membres du Gouvernement. Notre responsabilité va bien au-delà des 5 années à venir. Il s’agit en effet ni plus ni moins que d’offrir un avenir (durable) aux bruxelloises et aux bruxellois.


Lire l'entièrté de l'intervention

Retour à l'accueil