Communiqué de presse 

 

Stationnement cycliste 

Anticiper l'augmentation des besoins de stationnements cyclistes

 

En Commission Aménagement du Territoire du Parlement bruxellois ce jeudi, le député régional Arnaud Pinxteren (Ecolo) a interpellé le Secrétaire d'Etat Emir Kir sur la nécessité d'adapter les normes urbanistiques en matière de stationnement des vélos.

 

Le Gouvernement a en effet adopté, en septembre 2010, le Plan de mobilité IRIS 2 qui ambitionne de porter à 20% la part des déplacements cyclistes d'ici 2018, ce qui représente trois fois plus de vélos en circulation qu'aujourd'hui.

 

Ce qui représentera aussi, forcément, davantage de vélos à stationner. Il est essentiel que le stationnement proposé le soit dans de bonnes conditions d'utilisation et de sécurité. On sait en effet que la moitié des vols de vélos ont lieu dans les lieux privés: caves, garages, cours ou halls d'immeubles. Ne pas pouvoir ranger facilement son vélo ou, pire, se le faire voler peut décourager les cyclistes les plus volontaires. Un cycliste sur trois victime de vol ne rachète pas de vélo... Par ailleurs, beaucoup de cyclistes potentiels sont bloqués par l'absence d'espaces de rangement adéquats.

 

Trois fois plus de vélos en circulation = Trois fois plus de stationnements sécurisés !

 

Pour le député vert, le Règlement régional d'urbanisme doit être revu. Actuellement, il ne prévoit qu'«un minimum d’un emplacement par logement », ce qui insatisfaisant dès lors qu'un minimum requis devient souvent un maximum exigible. De plus, si le RRU impose une sécurisation et un dispositif d'accrochage pour les parkings vélos dans les bureaux, entreprises, commerces et équipements collectifs, rien de tel n’est imposé pour les immeubles comprenant plusieurs logements. Et le député d'ajouter : « Une seule place de vélo est certainement insuffisante pour des immeubles de logements à plusieurs chambres. Le local de rangement doit être réellement facile d'accès mais surtout, il doit être sécurisé et permettre d'accrocher solidement les vélos, par exemple à des arceaux.» 

 

Lors des échanges parlementaires, le Secrétaire d’État a pris la roue du député. Il s'est déclaré en faveur de mesures volontaristes pour favoriser l'usage du vélo et s'est engagé à revoir ces aspects des normes urbanistiques dans les prochains mois.

 

Une victoire d'étape donc sur la longue route du soutien au développement cycliste à Bruxelles dont le député veillera à la traduction concrète.

 

Retour à l'accueil