Panorama-1-copie-1.jpg

 

 

Le garage Citroën est, à plus d’un titre, un symbole de Bruxelles. Son statut de vitrine pour la ville, tel que souhaité par son concepteur André Citroën, fait l’unanimité. Mais là où certains pensent avoir trouvé unilatéralement la réponse en plaidant pour l’installation d’un musée dans la partie « showroom » du site, Ecolo et Groen veulent défendre un vrai débat, riche et ouvert, tant sur la programmation que sur l’étendue du site à conserver, et sa reconversion.

 

Cette réflexion a été lancée mardi 3 février à l’occasion de la soirée débat organisée par les écologistes au Kaaithéâtre : « Citroën, au-delà du musée ». Le succès de cette soirée a montré le grand intérêt, tant de la part des experts que des habitants, pour l’avenir du site Citroën.  Il a également démontré la nécessité d’un débat ouvert sur cette question, un débat qui doit être mené avec tous les acteurs concernés. Un dialogue ouvert, participatif et transparent.

 

La réflexion a été ouverte sur l’énorme potentiel du site de même que l’inestimable valeur patrimoniale de ses différents éléments : showroom, ateliers et garage.  Eléments à la lumière desquels il semble évident qu’on ne peut, de prime abord, se limiter à la seule conservation du showroom en condamnant le reste au profit d’une opération immobilière qui viserait à financer l’opération « musée ».

 

L’architecte Joachim Declerk a pointé l’important héritage industriel et la question de l’activité économique, de la nécessité de création d’emplois peu qualifiés. Il a dès lors avancé  le concept de « Fabrique de la ville » qui ferait la part belle à l’activité économique, l’art, les espaces publics et partagés dans une logique d’affectation « hybride » et publique du site.

 

Selon l’urbaniste Nicolas Hemeleers, le défi ne pourra être remporté qu’à condition de réussir à relier le choix programmatique, le patrimoine et l’aspect économique. Citant les exemples français et belges de reconversion, il a souligné les importants investissements nécessaires tant pour la transformation que pour la gestion et le fonctionnement qui suivent. La Région va-t-elle assumer ce coût ou entrer dans une logique de financement ?

Comment le site fortement pollué va-t-il être réhabilité et qui en supportera les coûts ?

 

Toutes ces questions, tous ces choix, doivent faire l’objet d’un débat ouvert, avant que des choix politiques ne soient faits de manière définitive.

 

Ecolo et Groen soutiennent le débat public sur l’avenir du site Citroën. Ils en seront acteurs en tant qu’interlocuteur politique, actifs à différents niveaux. Concrètement, la  page facebook  « Citroën, au-delà du musée » est à la disposition du débat et des diverses initiatives qui auront pour but de nourrir la réflexion et la répercuter auprès de l’autorité publique.

 

 

 

 

Décrouvrez la plateforme d'échange pour construire ensemble l'avenir du site Citroën !

 

 

 

 

Panorama-5-copie-3.jpg

Retour à l'accueil