48 conteneurs de déchets nucléaires de retour de La Hague ce jeudi

 

Ce jeudi, 48 conteneurs de déchets nucléaires produits en Belgique et retraités à La Hague (France) vont être rapatriés vers le site d’entreposage de Belgoprocess, à Dessel. Après un premier convoi en juin 2010, il s’agit du deuxième de neuf convois de retour de ce type, qui devraient s’étaler jusque 2013. 

 

A terme, ces déchets produits chez nous pourraient être stockés à 220 mètres sous le sol argileux de Campine, comme le suggère l’ONDRAF. Pour les écologistes, si cet enfouissement est commode pour soulager la conscience de quelques (ir)responsables politiques, rien ne démontre qu’il s’agisse d’une solution durable.

 

Les déchets nucléaires constituent un « héritage » très embarrassant pour les générations futures car ils restent dangereux durant… plusieurs centaines de milliers d’années. Face à cette échelle de temps, qui correspond dans le passé à l’apparition du premier Homo sapiens, personne ne peut prédire que l’argile de Campine et les containers dans lesquels seront placés les déchets nucléaires offrent des garanties suffisantes à la chaleur dégagées par les déchets, aux phénomènes naturels ou aux activités humaines qui pourraient altérer ce coffre-fort de pacotille.

Le stockage de ces déchets tel que proposé par l’ONDRAF réclamerait en outre des moyens importants de gestion durant des siècles, voire des millénaires. 

 

Ecolo est favorable à un stockage réversible des déchets nucléaires afin de mieux les contrôler en cas de problème, et de pouvoir facilement y accéder si une solution technique de traitement ou de stockage définitif venait à être découverte. Le stockage des déchets doit être réalisé en surface, de préférence sur les sites mêmes des lieux de production désaffectés (centrales …), afin de pouvoir assurer une surveillance optimale.

 

Rappelons enfin que si la durée de vie des sept réacteurs commerciaux de notre pays était prolongée de dix ans, le volume de déchets nucléaires augmenterait de 25%. Et seule une application stricte de la loi de sortie du nucléaire votée en 2003 peut stopper la production de ces déchets dangereux.

 

Pour les écologistes, les déchets nucléaires ne sont pas des poussières qu’on peut glisser sous le tapis. Les députés fédéraux Ecolo-Groen ! Olivier Deleuze, Thérèse Snoy et Kristof Calvo seront présents pour le rappeler ce jeudi dès 17h30 à la gare Mol où le train est attendu.

 

 

Olivier DELEUZE 

Chef de groupe Ecolo-Groen ! à la Chambre

 

Kristof CALVO

Député fédéral Groen !

Retour à l'accueil