Dans le cadre des discussions budgétaires bruxelloises, j'ai interpellé le Ministre de l'Economie, Benoit Cerexhe (CDH), sur la place qu'il accordait, ou plutôt qu'il n'accordait pas aux alterantives économiques. Vous trouverez ci-dessous mon intervention :

 

"Monsieur le Ministre,vous avez dit que l’économie verte n’a pas pour vocation de se substituer à l’économie classique. En effet, l’économie verte a pour vocation, au minimum , de soutenir le développement de nouvelles niches vertes et d’orienter l’économie vers des secteurs d’activités plus durables. Elle a pour vocation, au mieux, de limiter l’empreinte écologique des biens et services générés et des modes de productions utilisés pas notre système économique.

 

L’économie verte interroge donc le « comment » et le « quoi » de l’économie capitaliste, dirais-je pour vulgariser mon propos.

 

Reste donc à interroger le « pourquoi » de l’économie. Je fais ici référence à la vaste question posée par la transition écologique. Une transition vers une société juste, soutenable, inclusive, …

 

Je le concède, cette discussion dépasse largement le cadre de nos discussions budgétaires mais j’aurais cependant souhaité voir évoqué dans votre programme de travail pour 2011 le soutien à des modèles économiques alternatifs, tel que le secteur de l’économie sociale.

Vous connaissez mon point de vue, l’économie sociale ne se réduit pas et ne peut être réduite à la seule insertion socioprofessionnelle. Elle représente un foisonnement d’initiatives prônant une approche différente de l’économie, non pas axée uniquement sur le profit privé mais s’intéressant notamment au sens de son action et à sa manière d’entreprendre.

 

Je regrette donc que rien ne soit dit, dans votre programme économique, sur le soutien spécifique à ce secteur et ses acteurs, tels que les sociétés et coopératives à finalité sociale pour les opérateurs de la finance alternative.

 

Monsieur le Minsitre, interroger le « pourquoi, » passe pourtant nécessairement par soutenir « l’autrement »."

 

Réponse : " Oui, on peut en discuter..."   Quand????

Retour à l'accueil