Communiqué de presse Ecolo

Mobilité

 

Le Réseau Express Bruxellois (REB), une vraie solution pour la mobilité à Bruxelles

Bruxelles, région championne des embouteillages, comme le déplorait encore l’OCDE ces dernières semaines, paye un lourd tribut à son record de congestion. Mobilité peu performante, pollution de l’air liée à l’importance du trafic automobile, bruit, perte d’espace, problèmes de santé publique et handicap économique sont les conséquences de cette situation.

Capitale et poumon économique du pays, Bruxelles accueille chaque jour 350 000 navetteurs et 150 000 visiteurs venus de Flandre et de Wallonie mais doit également répondre aux besoins de déplacement à l’intérieur de la Région.

 

Plus de trams, plus de bus, plus de métro ? Oui mais pas si facile !

 

Pour cela, il est crucial d'augmenter rapidement et drastiquement l'offre de transports publics en Région bruxelloise. Mais bus et trams ne sont réellement efficaces que lorsque des sites propres leur sont consacrés. Le métro quant à lui reste particulièrement coûteux et lourd en termes d'infrastructures. La mise en oeuvre de telles solutions est donc parfois complexe. Or, une solution prête à lemploi existe:  Bruxelles dispose  déjà d'un important réseau de voies ferrées en site propre ; il s’agit du réseau de la SNCB : 29 gares reliées entre elles par 162 km de voies ferrées. Or, une bonne partie de ce réseau et de ces gares sont sous-exploitées par la SNCB.


LA SNCB doit et peut montrer son engagement pour Bruxelles, pour une meilleure mobilité et un meilleur cadre de vie dans notre région.

Ecolo propose aujourd'hui un REB: un "réseau express bruxellois", qui se développera en deux phases et qui permettra de rapidement doter la Région bruxelloise d’une offre supplémentaire, capable de desservir des quartiers actuellement délaissés par le transport public ou de relier directement des zones actuellement peu ou pas connectées entre elles.

Une phase I sans investissement et dès 2014: Afin de répondre à l’urgence des besoins, une première phase est proposée qui ne nécessite pas un euro d’investissement en infrastructure et peut être mise en œuvre en quelques mois. Elle prend par ailleurs en compte la disponibilité de matériel roulant de type Desiro qui est actuellement stocké dans des dépôts dans l'attente de la mise en service du RER. 

  23 pdfsam sequence 23 pdfsam sequence

 

 Une phase II atteinte grâce à des investissements légers: En phase 2, De nouvelles stations REB viendraient ponctuer cette ligne : Ganshoren, Parcs royaux (qui desservirait les parcs Albert 1er et Baudouin ainsi que l'UZ), Laeken, Cage aux Ours, Parc Josaphat, Saint-Josse et Germoir.

 

48 pdfsam sequence 48 pdfsam sequence

 

Le REB est une réponse rapide, économe, efficace et complémentaire pour la mobilité à Bruxelles:

Rapide car ce réseau pourra répondre très facilement aux besoins urgents de mobilité. En première phase aucun investissement d’infrastructure n’est requis. Cela signifie un gain de temps considérable car la première phase du REB ne nécessite aucun permis, aucune étude d'incidences, aucune enquête publique. Nul besoin d'attendre des dizaines d'années de travaux en milieu urbain pour le voir naître.

Econome: En cette période d'austérité budgétaire, le REB offre une réponse peu coûteuse pour résoudre les problèmes de mobilité et de congestion qui coûtent en termes de qualité de vie mais aussi sur le plan économique.

Efficace: Les REB connectera des quartiers et des zones de Bruxelles jusqu’ici difficilement connectés. De même, des zones stratégiques ou des quartiers peu et mal desservis par le réseau STIB La mobilité des travailleurs, des habitants, s’en trouvera nettement améliorée.

Complémentaire: car le REB n’est pas une alternative au RER. C’est un projet complémentaire à l’offre de transports en commun intra-bruxellois de toute nature. Une fois le RER en place, ils constitueront ensemble un super-réseau de transports publics autour et dans Bruxelles, au bénéfice des trois régions du pays.

Deux conditions :

  • Des fréquences suffisantes pour rendre le réseau attractif, à savoir un passage au quart d'heure aux heures de haute fréquentation

  • Une exploitation complète des possibilités de la jonction Nord-Midi car il reste des sillons disponibles dans le pertuis 5/6 (côté est) qui peuvent être dédiés au REB.

Ecolo agira aux différents niveaux de pouvoirs concernés par ce projet. Au fédéral, à la Région et dans les communes bruxelloises, nous interpellerons les autorités compétentes afin de créer l’adhésion autour de ce REB, qui devrait contribuer à améliorer significativement la mobilité en région bruxelloise, à moindre coût, à court terme et au bénéfice de tous.

 


 

Céline Delforge, députée régionale

Arnaud Pinxteren, secrétaire régional d'Ecolo Bruxelles


Retour à l'accueil