sac-jaune-bleu.jpg

Suite à l’annonce de la réorganisation des collectes sélectives faite par l’ABP lors de l’inauguration du nouveau centre de tri le 28 novembre dernier, j’ai interpellé le secrétaire d’Etat Monsieur Rachid Madrane, en Commission de l’Environnement le 18 décembre dernier (compte-rendu intégral en cliquant ici).  

 

Vous le savez sans doute, dès lors que le pré-tri n’est plus réalisé sur le site du nouveau centre de tri, une collecte mono-flux des sacs jaunes et bleus serait nécessaire. La fréquence des collectes sélectives est revue en conséquence et la collecte des sacs bleus et jaunes se feront désormais alternativement, une semaine sur deux. Cette modification nous surprend tant par son caractère soudain que par la faiblesse de sa justification qui peut se décliner sur le plan opérationnel, environnemental, comportemental et budgétaire. Dans mon interpellation, j’ai soulevé des questions relatives à chacun de ces plans.

 

Justification opérationnelle : avec la collecte hebdomadaire actuelle, le mono-flux entraînerait le doublement des tournées, ceci ne serait pas souhaitable pour l’environnement ni faisable vu le nombre limité de camions. Or, cela signifie que les camions dits « bi-compartimentés » ne l’étaient pas vraiment et ce malgré les nombreuses informations et discussions sur ce sujet. Pourquoi donc ne pas réaliser les tournées avec des camions complètement bi-compartimentés et ainsi maintenir l’offre de collecte hebdomadaire?

 

Justification environnementale : le mono-flux offrirait une meilleure qualité de tri sélectif. Mais qu’en est-il du risque d’erreur ou de découragement et de l’impact de ceux-ci sur les performances et la qualité du tri ? Ces découragements ne risquent-ils pas d’avoir finalement des conséquences en matière de propreté publique et se traduire, notamment, par des augmentations de dépôts clandestins ? Quel dispositif d’information à l’intention des ménages bruxellois est envisagé ?

 

Justification comportementale : la modification des fréquences s’expliquerait également par une analyse fine des comportements des ménages bruxellois qui ne sortiraient leurs sacs jaunes que toutes les deux semaines et leurs sacs bleus toutes les trois semaines. J’ai interrogé le secrétaire d’Etat sur cette analyse des comportements de tri des Bruxellois ainsi que sa méthodologie : le type de ménage, le type d’habitat, le type de famille…

 

Justification budgétaire : le budget de l’ABP a augmenté de près de 20% en trois ans sans qu’une progression significative des services à la population a pu être observée.

 

En outre, pour répondre à ses obligations légales, l’agence s’est dotée d’une comptabilité analytique, permettant désormais d’évaluer le coût de ses différents services. Le contenu de cette comptabilité, jugé confidentiel, n’est malheureusement pas communiqué au Parlement, sous prétexte que celle-ci est un outil de gestion interne.

 

Les chiffres actuellement à notre disposition ne permettent donc pas de déterminer si les modifications importantes de la fréquence des collectes se justifient financièrement. Il est également impossible de déterminer si des alternatives budgétaires étaient possibles.

 

Le Secrétaire d’Etat m’a partiellement rassuré. En effet, des mesures d’accompagnement supplémentaires sont envisagées afin de prévenir au maximum les problèmes que posera la modification de la collecte de déchets triés. En plus d’une communication médiatique assez agressive et peu parlante, et à côté d’un calendrier peu lisible, il est également prévu, notamment, de faire du porte-à-porte, de la distribution d’information par des agents de l’ABP sur les marchés et dans les lieux publics, etc… Une période de tolérance de trois à quatre mois est aussi prévue.

 

Sur l’analyse des comportements des ménages bruxellois, il semblerait que l’échantillon de l’enquête était bel et bien représentatif.

 

En tout état de cause, nous avons convenu de rapidement évaluer l’impact des changements sur la qualité du tri, la propreté publique ou les problèmes pratiques posés par la collecte sélective alternée. Je ne manquerai pas d’interpeller le Secrétaire d’Etat dans 3 mois.

 

Des questions subsistent toutefois, dont celles des possibles alternatives budgétaires ou celle portant sur la possibilité d’achat de camions totalement bi-compartimentés.

Retour à l'accueil