A l’occasion de la commission affaires économiques du Parlement bruxellois de ce mercredi 8 décembre, j'ai interpellé le Ministre de l’Emploi Benoît Cerexhe sur les retombées du plan Win-Win en Région Bruxelloise.

 

Ce plan, développé par le Gouvernement fédéral en réaction à la crise économique, permet aux entreprises du pays de percevoir une allocation mensuelle d’environ 1000 € lorsqu’elles engagent certaines catégories de demandeurs d’emploi, notamment les jeunes de moins de 26 ans qui ont maximum un certificat de l’enseignement secondaire supérieur. La réponse du Ministre quant aux retombées de ce plan Win-Win sur la région bruxelloise n’est pas de nature à nous rassurer sur la disponibilité des entreprises bruxelloises à offrir des emplois aux bruxellois …

 

En effet, malgré une diffusion importante de l’information auprès des demandeurs d’emploi et des entreprises bruxelloises, seuls 4.000 contrats Win-Win ont été signés par des entreprises bruxelloises en 2010 alors que plus de 44.000 demandeurs d’emplois bruxellois ont fait les démarches et ont obtenus la carte Win-Win, certifiant leur éligibilité aux conditions de ce plan ! La faible utilisation de ce plan à Bruxelles est d’autant plus inquiétante que ses retombées dans les 2 autres Régions sont nettement meilleures : sur 36.000 bénéficiaires du plan Win-Win à l’échelle du pays, 19.288 sont en Wallonie (soit 9,4 % des demandeurs d’emplois de la Région Wallonne), 13.663 sont en Flandre (7,9% en des demandeurs d’emplois de la Région flamande) et 3154 sont à Bruxelles (3,9% des demandeurs d’emplois de la Région bruxelloise).

 

La question de l’équilibre entre les obligations imposées aux demandeurs d’emploi bruxellois, notamment au regard du nouveau « Contrat de Projet Professionnel » pour les moins de 26 ans, et la responsabilité sociale des entreprises à contribuer à la création d’emploi à Bruxelles est donc posée. Et des leçons devront être tirées sur les politiques d’emploi à mettre en place.

Retour à l'accueil