parc-a-conteneurs.JPG

 

En commission de l’Environnement au Parlement bruxellois le 11 juin dernier, j’ai interpellé Monsieur Rachide Madrane, secrétaire d’Etat chargé de l’Urbanisme et de la Propreté publique, au sujet de l'étude Arcadis. Cette étude porte sur la faisabilité économique et géographique de l'implantation de nouveaux parcs à conteneurs en Région de Bruxelles-Capitale, en vue d’atteindre l’objectif régional de 50% de recyclage d'ici 2020, notamment par le développement des déchetteries en RBC.

 

Pour rappel, actuellement la Région dispose d’un réseau comprenant 2 parcs régionaux, ouverts à tous les Bruxellois, de 4 parcs communaux subsidiés et de 3 parcs communaux non subsidiés, ces derniers étant réservés aux habitants des communes concernés.

 

L’étude comme le Plan Déchets régional prévoit  :

-         d’assurer la desserte de 95% de la population par un parc à conteneurs à une distance de moins de 3km, ce taux étant aujourd’hui limité à 49% de la population ; 
-         d’augmenter les volumes de déchets collectés ; 
 -         d’augmenter à 4 le nombre de parcs régionaux.

Dans ses conclusions, l’étude propose un scénario permettant à élargir l’accès à tous les Bruxellois aux parcs communaux, ainsi que l’implantation d'un parc régional supplémentaire. Le site pressenti pour celui-ci serait à Anderlecht (Gare de l'IOuest). En ce qui concerne l’aspect financier lié à la réalisation de ce projet, l’étude signale que les coûts des collectes en porte-à-porte et des encombrants peuvent être considérablement réduits en attirent plus de déchets municipaux. L’augmentation du taux de recyclage et la revalorisation des déchets triés entraînerait également une réduction au stricte au minimum de l’incinération de déchets mixtes. Par ailleurs, l’ABP a confirmé en 2012 l’intérêt des déchetteries comme solution au problème des déchets en Région bruxelloise.

Dans sa réponse, Monsieur Madrane a confirmé son adhésion aux objectifs mais a néanmoins relevé une série d’obstacles à la concrétisation des propositions de l’étude. Il a rappelé que l’ordonnance déchets, notamment à l’initiative des groupes Ecolo et Groen, prévoit la reprise de parcs communaux par un parc régional géré par l’ABP. Cette option améliorera les moyens dont disposeront ces parcs, leur accessibilité (7 jours sur 7) ainsi que leur efficacité qui se verra quadrupler par rapport à l’état actuel.

 

Le secrétaire d’Etat a également confirmé que la collecte en parcs à conteneurs entraînait un coût dix fois moins important que celui de la collecte en porte-à-porte (60€/tonne v/s 600 €/tonne), un chiffre qui nous assure de l’intérêt économique du projet.


Des problèmes existent toutefois au-delà des aspects financier ou géographique et complexifient les démarches : la nécessité d’autorisation de diverses administrations et autres instances, les réticences au niveau communal dans certains cas, des problèmes de location de terrains onéreuses et de baux ingérables…

 

J’ai rappelé à l’assemblée que le législatif a déjà lancé des pistes pour répondre aux problèmes précités, il importe maintenant que le travail soit bien exécuté, afin d’améliorer le bilan de la législature, qui touche bientôt à sa fin. L’intérêt économique du projet a été clairement démontré, il faut maintenant que la volonté politique suive. Les dialogues avec les communes sont également possibles et doivent être encouragés. Il est surtout indispensable d’assurer l'adhésion des administrations régionales avec objectifs du gouvernement, l’accord de majorité, le plan et l’ordonnance Déchets. Cette dernière passera bientôt au Parlement et au Gouvernement.

 

Retour à l'accueil