Suite aux articles dans la presse du 10 décembre 2011, annonçant la suppression des bandes de tourne-à-gauche sur le boulevard du Souverain, j’ai interpellé (la semaine dernière, vu les délais de traitement des interpellations au Parlement...) la ministre Mme Brigitte Grouwels sur les raisons de cette suppression ainsi que les mesures adoptées pour assurer la sécurité des automobilistes, des usagers de transports en commun et les cyclistes.

J’ai rappelé l’utilité de ces bandes, qui laissent passer les trams et les cyclistes en toute sécurité sur une chaussée où ces derniers se trouvent masqués par l’allée des arbres.
 

 

Dans sa réponse, la ministre a justifié le retour à la situation initiale, en évoquant le fait que l’adaptation des feux avait été réalisée en juin 2010 dans le cadre du programme Vicom et sur les recommandations des états généraux de la sécurité routière. Ce changement a entraîné la suppression d'une bande de circulation au carrefour pour aller tout droit et, par conséquent, engendré des embouteillages au niveau des feux. Suite aux plaintes déposées par les communes d’Auderghem et de Watermael-Boitsfort, et après concertation avec la zone de police et les communes, une observation objective a été commandée auprès de Bruxelles Mobilité. Le résultat de cette observation montrait que la mesure n'avait pas atteint l'objectif visé et que la nouvelle situation n’était optimale pour aucun usager. Il a dès lors été convenu de retourner à la situation de départ, tout en adaptant le programme des feux afin de limiter les conflits…

Il me semble regrettable de retourner à une situation insatisfaisante, d’autant plus que les mesures prises (adaptation aux phases de feux) ne sont nullement suffisantes pour régler le problème de sécurité, surtout pour usagers les plus faibles. J’insiste donc sur l’importance de continuer à chercher une solution à cette situation, et de ne pas limiter les discussions aux zones de polices et aux communes, mais de les étendre aux associations cyclistes et aux usagers des transports en commun, qui connaissent bien et vivent directement la réalité de la situation.

Si la solution idéale ne peut être trouvée qu’en gagnant une bande de circulation, pourquoi ne pas la prendre sur la zone de stationnement en bordure du boulevard ?
 

Retour à l'accueil