Qui ne s'est jamais réveillé le matin en se demandant si, face aux mauvaises prévisions de croissance, sa journée devait être bonne ou mauvaise...

 

Le produit intérieur brut (somme de la valeur-ajoutée produite par une économie), son évolution et sa (dé)croissance sont au coeur des politiques publiques et économiques.  Mais concrètement, il échoue dramatiquement à mesurer la qualité de vie, le bien-être, la solidarité, l'inclusion, l'éducation,.... toutes ces dimensions fondamentales de la vie qui ont pour vertu d'être "non-économiques".

 

Face à ce constat, Ecolo, comme d'autres, demande le développement d'indicateurs socio-économiques alternatifs afin d'appréhender tous ce qui n'est pas économique, c'est à dire beaucoup de choses....

 

La Belgique y pense, la Grande-Bretagne veut le faire! Lisez plutôt :

 

 

GB: le gouvernement veut créer un "indice du bonheur" de ses citoyens

  
 LONDRES 15/11 (AFP) = Le gouvernement britannique va créer un "indice de 
 bonheur" pour évaluer le bien-être psychologique et physique de sa 
 population, rapporte lundi le Guardian citant une source gouvernementale.
  Le Premier ministre David Cameron va demander au Bureau des 
 Statistiques nationales d'établir un mode de mesure du "bien-être général", 
 selon cette source. 
  "Le but est de fournir une série de données neuves (...) destinée à être publiée 

à une fréquence à définir, qui évaluera le bien-être

 psychologique et physique de la population à travers le Royaume-Uni", 
 a expliqué cette source au quotidien. "Il s'agit à la fois de 
 calculs objectifs, parallèlement à des mesures plus subjectives 
 concernant la psychologie ou les attitudes". 
  M. Cameron est présumé vouloir placer cet indice au coeur de ses 
 futures décisions, mais il risque de recevoir des résultats fâcheux 
 après les récentes annonces gouvernementales de coupes franches dans 
 le secteur public. 
  Le Canada étudie la possibilité d'adopter une initiative similaire 
 et le président français Nicolas Sarkozy avait annoncé en 2009 son 
 intention d'utiliser le degré de bonheur des Français en tant 
 qu'indicateur de croissance. 
  La Grande-Bretagne sonde déjà ses citoyens sur leurs différents 
 degrés de satisfaction dans la vie, mais cet indice pourrait devenir le 
 premier à officiellement calculer le bonheur général du pays. VAD/
 ./.
link
Retour à l'accueil