Avant de commencer notre AGR, permettez- moi de vous adresser quelques mots au nom du Secrétariat régional, en ce début d’année très particulier.

 

J’ai d’abord envie de vous dire :

 

Je suis ….écologiste !

Nous sommes …écologistes ! Nous sommes tous un petit peu Benoit Lechat !

Wij zijn ecologisten !

 

Ecologistes, nous l’étions en 2014, évidemment, et avant d’ailleurs. Nous avons encore en tête notre excellent bilan régional que nous avons défendu avec force durant la dernière campagne électorale.

 

Mais en 2015, nous devrons l’être encore d’avantage !

 

Tout d’abord car les dramatiques évènements de Paris, les attentats déjoués en Belgique, tout comme la psychose terroriste qui s’insinue perfidement dans notre quotidien au travers des soldats dans la rue ou du matraquage médiatique, tout cela nous impose une réflexion profonde sur le sens et la manière de vivre ensemble.

 

Lors de notre exercice sur l’identité bruxelloise en novembre dernier, nous avions déjà massivement pointé le problème de la dualisation de notre ville : dualisation sociale, économique, spatiale, communautaire,…  Nous ; écologistes, avons des réponses spécifiques à mettre en avant que ce soit au travers du travail d’Ecolo Pluriel, de nos proposition en matière sociale, d’emploi ou encore de mobilité et d’aménagement du territoire. Nous, écologistes, sommes passés maître dans la recherche de solution complexe et de long terme. Cette caractéristique nous coûte parfois, notamment  électoralement, mais aujourd’hui ces solutions complexes, ces réponses multidimensionnelles, s’imposent.

 

En 2015, nous devrons donc être d’avantage écologistes. Cela se traduira aussi lors du  renouvellement de notre secrétariat fédéral. Un choix de personne, certes, une question relative à l’incarnation de notre projet, sans doute, mais aussi et surtout un moment important de co-construction d’une ligne politique, de définition d’un horizon. Chaque militant aura l’occasion de s’exprimer, de voter. Chaque régionale organisera le débat. Mais notre investissement individuel ou régional dans le redéploiement d’Ecolo ne pourra s’arrêter le 23 mars prochain lors de l’élection présidentielle. Il devra se construire, patiemment, et avec force, de là où nous sommes, chacune, chacun, dans les années qui viennent. C’est d’ailleurs cette conviction qui m’a conduit, après mûre réflexion, à ne pas me présenter à la co-présidence d’Ecolo. En effet, en novembre dernier, j'ai été élu par vous, avec Annick et Guillaume, à la tête de la Régionale Ecolo de Bruxelles. La confiance qui nous a été accordée à cette occasion est à la hauteur de l'ampleur de la tâche qui nous attend car c'est aussi à partir de notre capitale que nous pourrons/devrons reconstruire notre parti. C'est un défi que je souhaite relever!

 

Enfin, en 2015, nous devrons être encore plus écologistes, ici, à Bruxelles dans notre région et nos communes. Trois axes de travail animeront principalement cette année.

Premièrement, nous souhaitons travailler sur notre ancrage local. Cela passera par un soutien renforcé à nos locales, à nos mandataires locaux avec une attention particulière pour nos BEPS, bientôt à mi-mandat. Nous ferons avec vous, dans vos locales, un travail de réflexion stratégique dans les prochaines semaines et prochains mois en vue notamment d’identifier les priorités de travail et d’action, les outils de communication, d’affiner les modalités de fonctionnement. Ceci devra  nous permettre de voir clair sur la trajectoire 2018 et au-delà.

 

Deuxièmement, nous voulons organiser la production politique en priorité sur les thèmes de l’environnement/energie, de la mobilité et de l’aménagement du territoire. Au travers du lancement des Task force dédicacées, nous voulons régulièrement animer et secouer le débat public bruxellois sur ces thèmes pour lesquels nous sommes particulièrement identifiés. Nous aurons évidemment également la COP de Paris à l’esprit tout au long de l’année.

 

Troisièmement et dernièrement, nous voulons travailler avec Groen, notamment au travers des thèmes cités, nous voulons travailler  à l’émergence d’une identité politique  profondément bruxelloise, multi lingue et multi communautaire. Nous voulons en être l’incarnation naturelle.

 

Voilà donc un programme copieux pour cette année 2015 qui a commencé par nous donner la nausée. Une année qui a déjà été capable du pire,  mais qui pourra peut-être offrir aussi le meilleur. Cela dépendra un peu de nous, écologistes.

 

Meilleurs vœux donc !

Retour à l'accueil